La rééducation

Pendant ou après les traitements, de la rééducation peut être proposée aux jeunes patients en fonction de leurs besoins spécifiques, pour leur permettre de récupérer leur autonomie et de les aider à se sentir mieux au quotidien.
Ainsi, différents professionnels peuvent intervenir sur prescription médicale dans le cadre d’un processus de rééducation : les kinésithérapeutes et les psychomotriciens.

Reeducation

 Est-ce que je vais me sentir différent pendant ma maladie ?

Trouver une réponse aux questions

de vos enfants !

C’EST PAR ICI !

La kinésithérapie

Plusieurs kinésithérapeutes interviennent auprès des enfants à l’IHOPe. Ils agissent sous prescriptions médicales.

Un bilan est réalisé en début de prise en charge afin de fixer les objectifs de traitement. L’enfant est suivi durant son hospitalisation et les kinés font le lien avec l’extérieur si besoin. Ils agissent sur les troubles orthopédiques, neurologiques, respiratoires, musculaires et proposent aussi des soins de confort (installation, lutte contre la douleur).

La psychomotricité

Une psychomotricienne est présente à l’IHOPe. Elle intervient auprès des enfants hospitalisés, dès leur entrée à l’hôpital. Elle assure le traitement de troubles psychomoteurs, et joue aussi un rôle dans la prévention de ses troubles chez les jeunes enfants. Il existe différents points sur lesquels l’enfant et la psychomotricienne vont travailler, par le biais de la musique, du jeu, de la relaxation ou encore du toucher.

L’éveil et la stimulation psychomotrice
Le but est d’aider les enfants dans la découverte de leur corps, au travers d’exercices avec la famille ou par des massages d’éveil afin de créer de nouveaux repères pour ces enfants, ôtés de leur environnement habituel.

Les troubles tonico-émotionnels
Ce sont des troubles qui apparaissent bien souvent pendant l’hospitalisation. On retrouve fréquemment l’inhibition, souvent signe de dépression.
Le rôle de la psychomotricienne est d’être à l’écoute de l’enfant alité et de créer un lien.
L’instabilité (comme l’hyper activité) est souvent synonyme d’anxiété et le but de cette prise en charge est de canaliser les tensions (en mettant des mots sur des ressentis par exemple ou bien encore en lui faisant redécouvrir son corps comme “lieu” de bien être, de sensations agréables, et non comme lieu de souffrance).

L’image du corps
Celle-ci est très souvent modifiée à cause des traitements, (perte de cheveux, œdèmes, amaigrissement, douleur…).
Il faut donc aider l’enfant dans l’acceptation de son “nouveau” corps, afin qu’il se le réapproprie.
Enfin, un suivi est mis en place entre l’IHOPe et les structures extérieures afin de continuer la prise en charge si nécessaire.